Catherine et Jean forment un couple de post-soixante-huitards, assez classiques somme toute. Ils ont une situation assez confortable et l’une de leurs principales préoccupations est de profiter de leur retraite (ils ont assez travaillé pour ça, place aux jeunes !), tout en aidant leurs deux enfants et en soutenant leurs parents, vieillissants. Rentrons un peu dans leur intimité.

Catherine est déjà à la retraite. Secrétaire, métier acceptable pour une femme à son époque (elle est née en 1953 et on apprenait plus aux filles à devenir des maîtresses de maison plutôt que des femmes actives), elle a grimpé les échelons, grâce à ses compétences. Après être devenue secrétaire de direction, elle a pris en charge le service administratif de la société dans laquelle elle était employée. Après avoir fait toute sa carrière dans la même entreprise, elle a pu partir à la retraite et occupe désormais ses journées, de façon intensive, entre cours de yoga, garde de ses petits-enfants et jardinage…

Catherine a eu droit à des trimestres pour maternité. Les femmes sont favorisées si elles ont eu des enfants, elles peuvent obtenir jusqu’à 8 trimestres supplémentaires par enfant et bénéficier d’une majoration de 10 % dès le troisième enfant. Ne nous réjouissons pas trop vite car nous savons qu’en général, elles gagnent moins que les hommes.

Jean, son mari, est encore en activité. Il a mené une belle carrière de menuisier. Après avoir été apprenti et salarié d’un patron, il a eu envie de mettre son expérience à profit et de créer son entreprise. Aujourd’hui, il en dirige une qui marche bien et qui emploie une dizaine de salariés. Tout irait bien dans le meilleur des mondes, seulement voilà, Jean, né en 1960, approche de l’âge de la retraite. Il commence à se poser de sérieuses questions sur son avenir, sur ses revenus et la façon dont ça va se passer pour solder sa retraite. Ses collègues ont connu tellement de mésaventures (6 mois d’attente avant d’être payés…) qu’il commence à avoir des sueurs froides, rien que de penser aux formalités. D’autant plus qu’il a été salarié et indépendant, il a peur que le calcul de sa retraite ne devienne une vraie usine à gaz.

Pas la peine de paniquer ! Comme Jean, pour calculer votre retraite, vous devrez, en premier lieu, vous rendre sur le site de l’assurance retraite.fr Très bien fait, il regroupe tous les points de retraite acquis dans les sociétés où vous avez travaillé et dans tous les régimes pour lesquels vous avez cotisé. En face de chaque année de travail, vous retrouverez la base servant au calcul de votre retraite. Le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale servira de référence pour faire le calcul. Au-delà, vous passerez dans le régime complémentaire.

Votre relevé de situation vous alerte sur les périodes où il manque des informations. C’est la raison pour laquelle vous devrez conserver tous vos bulletins de paie, contrats de travail, allocations chômage, indemnités maladie… Votre conseiller retraite pourra en avoir besoin lors de la mise à jour de votre relevé de carrière.

L’âge légal de départ à la retraite est 62 ans. Cependant, plus vous partirez tard à la retraite, plus elle sera élevée. En effet, il existe deux systèmes de décotes basés sur la durée de cotisation. Vous aurez une première décote si elle est inférieure à ce qu’elle devrait être en fonction de votre année de naissance. La deuxième décote s’appliquera si vous partez avant l’âge légal.

Pour les générations futures, la situation sera encore pire. Elles devront partir un an après l’âge légal si elles ne veulent pas avoir une décote pour les premières années de leur retraite. Comme, en général, ce sont celles où on est le plus en forme et où on a le plus envie de voyager…, ce serait vraiment dommage d’avoir une retraite tronquée dès le départ.

Vous devez être en train de vous demander pourquoi tout ce laïus sur la retraite : on aura le temps d’y penser et de la préparer plus tard. Eh bien non, quand on sait que la retraite moyenne en France est de 1 306€, tous régimes confondus, ça fait réfléchir du coup. Quand on a un niveau de vie confortable en activité, ça fait mal de se retrouver avec un revenu bien amputé une fois à la retraite.

Alors oui, une retraite, ça se prépare, et le plus tôt possible. Il faut y penser quand on est jeune, même si on a envie de s’amuser, et encore plus si on alterne ou cumule les statuts (salarié, indépendant…). Des solutions existent et elles doivent être mises en place le plus tôt possible pour être rentables, avec les conseils d’un professionnel.

De 18 à 40 ans, si vous épargnez 100 euros par mois pendant 22 ans et vous les laissez travailler : vous pourrez retirer 200 euros brut  par mois à la retraite (simulation avec un fond en euros à 1,20% par an) :

retraite 18 40 ans

De 43 ans à 65 ans, si vous ouvrez une assurance vie à 500€ et que vous versez 100 euros par mois : vous retirez seulement 100 euros par mois brut à la retraite (donc moins de 100/mois) (simulation avec un fond en euros à 1,20% par an) :

retraite 43 65 ans

Revenons à Jean. Il a bien raison de se poser des questions. Le calcul de sa retraite va être assez complexe car il a été salarié et indépendant dans sa vie et les calculs ne sont pas les mêmes. Mais ça, c’est une autre histoire et on en vous dira plus très bientôt…

A lire :

https://votreargent.lexpress.fr/retraite/reforme-des-retraites-ce-qui-est-deja-decide_2039247.html

https://votreargent.lexpress.fr/retraite/pension-de-reversion-qui-peut-la-toucher-quelles-sont-les-demarches-a-effectuer_1580272.html